Port de Pailhères (2001m)

Qu’on se rassure, pas question de jeter l’ancre dans ce port-là. Comme on parle de « passe » en Suisse, il est courant d’utiliser le terme « port » (porte) dans les Pyrénées pour désigner le passage d’une vallée à l’autre par une dépression évitant les sommets de la crête. 
 Révélé assez tard dans le parcours du Tour de France (première ascension en 2003), ce col est peu connu et c’est dommage car il présente de belles difficultés. D’abord, c’est la chaleur qui risque de repousser. On s’extirpe des gorges de l’Aude (excellent échauffement sur un léger faux-plat) rendues supportables par la présence de la rivière, mais dès Usson, les arbres disparaissent, la pente devient raide et la route rectiligne (après Mijanès). Il faudra attendre la seconde partie de l’ascension pour retrouver surement les plus beaux lacets de France. 

Pailheres 18

COTE :  77
Ariège (09) –  Départ : Pont de l’Aude, croisement D118 D16 (route directe à 1km du sommet)
Longueur :  14,7 km   
Dénivelé : 1216m  
Pourcentage moyen : 8,3 %   
Temps de montée : 1h 14’30 (le 9 Juillet 2015) – Coefficient : 368
Nombre d’ascensions : 6
Tour de France : 5 ascensions  (Mercado 2003 – Quintana 2013)

 

Actualisation : Pailhères fut mon premier 2000 en 2017. La neige, pourtant rare cet hiver, s'attardait  encore vers le Puig Carlit au sud. Je pense que d'ici peu, l'ancienne route proche du sommet qui raccourcit la distance tout en augmentant le pourcentage, risque de ne plus être empruntable. Déjà les barrières et panneaux d'interdiction ne facilitent pas les choses et les cailloux s'accumulent dangereusement sur la chaussée réservée bientôt aux seuls moutons.

Pailheres

Ajouter un commentaire