le Gruppetto des anonymes

Quelques cols en vrac...

Vous pouvez retrouver davantage de photos dans l'album 'photocols' aux rubriques correspondantes

 

n°178 - col de l'Encrenaz  (1433m)

 

Petit col mais idéalement situé pour qui désire effectuer de belles boucles reliant Ramaz, Joux Plane, Joux Verte, Avoriaz. En principe, le début de ce versant doit se situer au hameau du Laydevant, là où la pente s’accentue et offre un point supplémentaire au pourcentage moyen tout en ôtant deux km et demi (il n’en reste presque plus, donc j’ai décidé de proposer une « marche » d’approche qui n’est pas dans mes habitudes). Cette grimpée ne vaut que par le paysage qu’elle dévoile au fil des virages : Morzine, Avoriaz et tous les sommets qui leur font un si bel écrin.
 
COTE : 31
Haute Savoie (74) –  Départ :  croisement D902 - D328
Longueur :  8,9 km
Dénivelé : 578m  
Pourcentage moyen : 6,5 %
Temps de montée :   42’20  (le 9 Juin 2016) – Coefficient : 439
Nombre d’ascensions :  4
Tour de France :  inédit

Actualisation 2018 : Au programme du circuit n°3,  j'ai quasiment fait jeu égal avec mon meilleur temps avec Joux Plane et Avoriaz dans les pattes. A noter qu'une partie du versant sud (Praz de Lys) a été regoudronnée. 

Encrenaz 11

 

n° 190 - col de Meyrand  (1370m)

 

Ambiances farouches de l’Ardèche. Cette remontée de vallon est paisible (pas trop de circulation) et offre, après la traversée du village typique de Loubaresse (j’y tiens! plutôt que suivre la route normale), un panorama superbe sur tout ce qui vient d’être avalé. Satisfaction du devoir accompli, victoire sur soi-même, dépassement. Un moment de bonheur. 
 
COTE : 41
Ardèche  (07) –  Départ :  D24, 3km avant Valgorge, lieu-dit le Vincent (bâtiment à gauche) - Traversée de Loubaresse (itinéraire de l’Ardéchoise)
Longueur :  17,4 km
Dénivelé : 926  
Pourcentage moyen : 5,3 %
Temps de montée :   1h 03’50  (le 26 Juillet 2016) – Coefficient : 414
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : inédit

Meyrand 1

 

 col du Télégraphe  (1566m)

 

Le problème du Télégraphe est qu’il ne présente qu’un seul versant (depuis Valloire, ce n’est guère qu’une bosse de ralentisseur)  et que celui-ci est placé juste dans l’axe du majestueux Galibier, se présentant comme l’appendice du géant savoyard. Indissociable de son ainé, on ne le gravit jamais seul… excepté les mois d’hiver où on ne peut qu’accéder à la station de sports d’hiver. Ajoutons à cela une montée pas trop difficile, constamment en forêt et n’offrant une vue sur la vallée de l’Arc qu’une fois au sommet. Il demeure tout de même incontournable, même si on n’y fait pas attention, comme avoir une chambre à air de secours dans ses poches ou remplir son bidon. 


 COTE : 51
Savoie (73) –  Départ :  Saint Michel de Maurienne, pont autoroute - D902
Longueur : 11,8  km
Dénivelé : 848  
Pourcentage moyen : 7,2 %
Temps de montée :   49’30  (le 13 Juillet 2015) – Coefficient : 350
Nombre d’ascensions :  7
Tour de France : 29 ascensions - Emile Georget (1911) - Primoz Roglic (2017)

Actualisation : Grimpé en préambule du Galibier (l'un ne va pas sans l'autre), je le considère comme un échauffement avant le plat de résistance (une minute de plus que mon meilleur temps en 2017 - ça va). 

Telegraphe 1

 

n°145 - col du Brabant (878m)

 

Col de poche, de pochette même, mais qui permet un joli Contre-la-Montre sur des pentes pas anodines. Une chapelle symbolise le sommet du col. Et quelques légendes sont associées, comme souvent, à ces lieux féériques lorsque le brouillard tombe. 
Un berger qui avait remarqué un jour qu’une biche paissait parmi son troupeau considéra que celle-ci était celle qui avait allaité le fils de la comtesse Geneviève de Brabant et vint prier régulièrement à cet endroit. Une croix symbolise le lieu. Une jeune mère en détresse cherchait refuge un soir d’hiver. Toutes les maisons étant restées closes, les habitants, médusés, découvrirent les deux cadavres au petit matin. On érigea une croix en leur mémoire. 
 
COTE : 21
Vosges (88) –  Départ :  Cornimont sortie, croisement route de Xoulces
Longueur :  4,5 km
Dénivelé : 340m  
Pourcentage moyen : 7,6 %
Temps de montée :   19’15 (le 20 Juillet 2017) – Coefficient : 340
Nombre d’ascensions :  14
Tour de France : inédit

Actualisation 2018 : Une seule ascension en 2018 et 3 minutes de mon best time, normal au mois d'avril.

Brabant 3 cols 28

 

col de Palaquit  (1154m)

 

J’ai déjà mentionné la grimpée à Charmant Som, au départ de Grenoble par les cols de Vence et Porte. Autre variante, par Palaquit, découvert par le Tour de France une paire d’années en arrière. Et encore, on passe par un autre col (Clémencières) qui fournit une descente avant d’attaquer le vif du sujet, bien que j’ai trouvé le départ assez raide depuis la banlieue Grenobloise. Il est possible de poursuivre jusqu’au col de Porte sans porter atteinte aux mensurations déclinées : le pourcentage reste le même. 
 
COTE : 50 / 60
Isère  (38) –  Départ :  St Martin le Vinoux, croisement D57 (D512 pour le col de Porte)
Longueur :  14,4 km (16,9 col de Porte)
Dénivelé : 931m (plus 70m)  / 1103m  (col de Porte)  
Pourcentage moyen : 6,5 %
Temps de montée :   1h 14’ / 1h 26’40  (le 7 Juillet 2016) – Coefficient : 444/443
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : 1 ascension  -  De Marchi  (2014)

Actualisation 2018 : inclus dans le circuit n°19, mais prolongé par le col de Porte.

Palaquit 4

 

col de Champ-Laurent  (1116m)

 

Juste un peu moins difficile que la grimpée au Fort de Montgilbert située à quelques encablures et partant du même point, Champ-Laurent ne se laisse pas si facilement apprivoiser. Alternant des passages ouverts (prés) et une prédominance d’arbres, c’est une ascension tranquille notamment par temps de grosse chaleur. Il est possible d’enchainer avec le Grand Cucheron, d’autant que les trois quart du dénivelé sont faits au sommet du col.
 
COTE : 56
Savoie (73) –  Départ :  Chamoux-sur-Gelon (centre, église)
Longueur :  9,7 km
Dénivelé : 806m
Pourcentage moyen : 8,3 %
Temps de montée :   47’40  (le  9 Octobre 2015) – Coefficient : 355
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : 1 ascension  -  Ludo Loos (1980)

Champ laurent 4 1

 

 

col du Portillon  (1293m)

 

Col frontière, le Portillon est un bel exemple de pléonasme ou de tautologie, entendu qu’un Port signifie déjà un col. Court mais singulièrement relevé, spécialement dans les méandres routiers dès le départ. Une fois passé cette « porte » d’entrée, le final, sous les arbres, est une promenade de santé. Versant Espagnol (emprunté par le Tour 2018), il me semble plus régulier, mais je l'ai toujours abordé en descente. 
 
COTE : 41
Haute Garonne (31) –  Départ :  sortie Luchon, usine électrique (route à droite) - D618a
Longueur :  7,9 km
Dénivelé : 623m
Pourcentage moyen : 7,9 %
Temps de montée :   38'40  (le 22 Juillet 2018) – Coefficient : 372
Nombre d’ascensions :  3  
Tour de France :  19 ascensions (Désirée Keteleer 1957 - Adam Yates 2018)

Actualisation 2018 : Premier col du circuit n°7, il n'était pas difficile d'améliorer mon temps de 2014. 

Portillon 13

 

 col de Marie Blanque  (1035m)

 

Ce col jouit d’une belle réputation, gravi à treize reprises par le peloton (explosé) du Tour de France. Pourtant, il n’a pas sa place dans mon top100. Pourquoi? Allez-y faire un tour, vous comprendrez l’arnaque. Ce n’est qu’un long faux-plat depuis Escot, puis, sans aucun lacet (là, je suis au désespoir), la route se relève comme un toboggan d’aquapark. 
Alors, ce n’est QUE ça? 
Certes, les 2 derniers km sont redoutables et j’en ai vu plus d’un mettre pied à terre, sans parler de cette mémorable « EtapeDuTour » qui ressemblait davantage à une sortie de métro qu’à un éparpillement digne des meilleurs pentes pyrénéennes. On se dit alors que c’est peut-être mieux de l’autre côté. La vue existe, c’est déjà ça. Mais on traverse un large plateau qui plombe encore plus le pourcentage. 
Pour la petite histoire, même si les versants sont totalement différents, je les monte dans le même temps. 

Versant Ouest
COTE : 45
Pyrénées Atlantiques (64 ) –  Départ :  Escot, croisement D238 - D294
Longueur :  9,2 km
Dénivelé : 703m
Pourcentage moyen : 7,6 %
Temps de montée :   43’20  (le 6 Aout  2015) – Coefficient : 370
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : 13 ascensions (Pollentier 1978 - Flecha 2010)
Versant Est
COTE : 31
Pyrénées Atlantiques (64 ) –  Départ :  Bielle (croisement D2934 - D294)
Longueur :  11,1 km
Dénivelé :  586m
Pourcentage moyen : 5,3 %
Temps de montée :   43’30 (le 6 Aout  2015) – Coefficient : 445
Nombre d’ascensions :  1

Marie blanque 3

le Plateau de Bonascre - Ax 3 Domaines  (1377m)

 

Aussi appelé Ax-3-Domaines du nom de la station de sports d’hiver ariégeoise, cette montée se situe sur le même versant et à quelques dizaines de km du fameux plateau de Beille. Mais la comparaison s’arrête là puisqu’il faut diviser les données par deux, excepté pour le pourcentage. Bref, un entrainement idéal. J’en ai un souvenir pour le moins « cuisant » le 27 Juillet 2007... Après avoir avalé Pailhères, j’ai voulu faire le malin et entamer ce « final » digne d’une étape du tour (j’avais mes 150km au compteur). EN plongeant sur Ax, j’entrais dans un four à pain. 36 degrés (là je ne parle pas de la déclivité). J’ai réussi l’ascension à force de tituber sur le vélo.
 
COTE : 44
Ari7ge  (09) –  Départ :  Ax les Thermes (pont)
Finish : Rond point panneau PR fin (D82)
Longueur :  8,1 km
Dénivelé : 653m
Pourcentage moyen : 8,1 %
Temps de montée :   39’40  (le 24 Septembre 2015) – Coefficient : 364
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : 5 ascensions  (Cardenas 2001 - Froome 2013)

Bonascre 12

 

n°193 - col d'Issarbe  (1445m)

 

Facile à confondre avec son compagnon, le Burdincurutcheta, tant il est proche et partage les mêmes données, juste un poil plus costaudes.  En réalité, c’est le col de la Hourcère qu’on gravit, à peine un km après la station d’Issarbe. Ambiances sauvages et magnifiques points de vue au programme et la possibilité de poursuivre jusqu’à la Pierre Saint Martin située à deux pas.
 
 
COTE : 70
Pyrénées Atlantiques (64) –  Départ :  Pont de Blancou (panneau Issarbe 11km)
Longueur :  11,4 km
Dénivelé : 982m
Pourcentage moyen : 8.3 %
Temps de montée :   1h02’50  (le  6 Aout 2015) – Coefficient : 384
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : inédit

Issarbe 9

 

 

 

n°189 - col de Braus  (1002m)  

 

Col facile, se hissant juste à la cote 1000 et proposant de jolis virages, notamment depuis Sospel ou la route joue au serpentin sans jamais forcer sur la pente. L’autre versant offre une vue plus dégagée, toujours dans des ambiances méridionales baignées d’un soleil ardent… lorsqu’on n’attrape pas un petit orage sur le coin de l’œil. 

Depuis SOSPEL: 
 

COTE : 31
Alpes Maritimes  (06) –  Départ :  Sospel, fontaine / pharmacie, office de tourisme - D2204
Longueur : 11,5  km
Dénivelé : 651 m 
Pourcentage moyen : 5,7 %
Temps de montée :   44’  (le 30 Juin 2016) – Coefficient : 406
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : 2 ascensions - Lazarides  (1947)  -  Massignan (1961)

Actualisation : Succession de jolis virages dans un paysage enchanteur. Ca n'a pas suffit, 2 cols plus loin je jetais l'éponge dans le circuit n°13. A charge de revanche en 2018.

Braus 11

 

col des Limouches  (1086m)

 

Porte d’entrée dans le massif du Vercors, Limouches est moins physique que Tourniol, plus fréquenté sans doute bien que j’ai réalisé l’ascension intégralement en solitaire, mais l’heure tardive explique peut-être cela. La route est un ruban impeccable et la pente raisonnable. Idéal pour les débutants. Le tout dans un cadre sublime, il va de soi. Il est, d’autre part, tout à fait possible de réaliser une boucle incluant Tourniol. 
 
COTE : 36
Drome  (26) –  Départ :  Peyrus (sortie), route des Chichats
Longueur :  10,7 km
Dénivelé : 676m  
Pourcentage moyen : 6,3 %
Temps de montée :   47’20  (le 20 Aout 2015) – Coefficient : 420
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : 2 ascensions - Cattai  (1996)  -  Virenque  (2004)

Actualisation : Juste descendu en 2017 puisque le circuit n°15 l'emprunte dans sa partie quasiment inexistante depuis Léoncel. Le spectacle reste saisissant.

Limouches 9

 


 
 

 

n°197 - Belvédère de Chambotte  (711m)

 

Nouveau col à appendice. Anecdotique s’il n’y avait le lac du Bourget qui accompagne toute la première partie (en réalité la montée au col de Chambotte), longue ligne droite se terminant par un seul lacet juste avant de traverser une roche et déboucher au sommet… Que non! La route part à droite et enchaine une demi douzaine de virages bien serrés et mortels pour peu qu’on les prenne à la corde. On débouche alors au belvédère où un restaurateur a eu la bonne idée d’implanter son établissement, surplombant le lac. On prendra le menu ou on choisira plutôt la carte? 

Avez-vous pensé à réserver? 
 
COTE : 30
Savoie  (73) –  Départ :  Rond-point Chaudieu - D991b
Longueur :  5,9 km
Dénivelé : 464  
Pourcentage moyen : 7,9 %
Temps de montée :   26’10  (le 1° Aout 2016) – Coefficient : 338
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : inédit

Actualisation 2018 : Même pas foutu d'améliorer mon temps, juste après avoir grimpé deux amuse-gueules : Clergeon et Sapenay. 

Chambotte 10

 

Megève Cote 2000  (1494m)

 

Cote 2000 certes mais bien ridicule en réalité, mais bon, on ne va pas bouder notre plaisir. Je suis sûr que parmi les 11 500 inscrits à l’étape du tour 2016, certains ont préféré aller chercher leur dossard sur leur monture plutôt que de s’embarrasser de leur véhicule. Ah, les organisateurs ont le chic pour compliquer les choses (Val Fréjus 2011 - Toussuire 2015). Bref, une petite montée débouchant sur l’altiport de la célèbre station. Mais n’allez pas croire effectuer une descente cheveux au vent : la route est pourrie sur le final.

COTE : 18
Haute Savoie (74) –  Départ :  Megève, rond-point face au palais des sports
Longueur : 7,8  km
Dénivelé : 405 m 
Pourcentage moyen : 5,2 %
Temps de montée :   30’  (le 10 Juillet 2012) – Coefficient : 444
Nombre d’ascensions :  3  (33’25  le 6 Juin 2016)
Tour de France : inédit

Megeve altiport 1Altiport de megeve

 

col du Hundsrück  (748m)

 

Reliant deux vallées alsaciennes bien différentes, la Thur (encore empreinte de l'industrialisation du XIX°, excepté dans sa partie amont, plus calme) et la Doller (un amour de vallée, travsersant d'incessants hameaux et se terminant par l'ascension du Ballon d'Alsace, mais ceci est une autre histoire, enfin un autre article), le Hundsrück utilise la Route Joffre ouverte lors de la première guerre mondiale. Si le versant nord est plus court, il est tout d’un bloc tandis que la face sud présente une légère descente au niveau de Bourbach le Haut. Une alternative est possible en empruntant les D35 et D37 depuis Bourbach… le bas, cela va de soi.

Versant nord (Bitschwiller)


COTE : 23
Haut-Rhin  (68) –  Départ :  Bitschwiler les Thann, au niveau de la voie verte D14 bIV
Longueur : 5,5  km
Dénivelé : 389 m  
Pourcentage moyen : 7,1 %
Temps de montée :   23'40  (le 2 Juin  2017) – Coefficient : 365
Nombre d’ascensions :  13
Tour de France : 3 ascensions - Geminiani  (1952)  -  Virenque  (1997)

Versant sud (Masevaux)


COTE : 12
Haut-Rhin  (68) –  Départ :  Masevaux, feu rouge
Longueur : 8,3  km
Dénivelé : 343 m    (plus 50m)
Pourcentage moyen : 4,1 %
Temps de montée :   28'40  (le 2 Aout 2017) – Coefficient : 438
Nombre d’ascensions : 7

 

Versant sud (Bourbach)
COTE : 14
Haut-Rhin  (68) –  Départ :  Sortie de Bourbach le Bas (panneau) face à la société Burckle 
Longueur : 7 km
Dénivelé : 348 m    
Pourcentage moyen : 5 %
Temps de montée :   25'30  (le 23 Juillet 2017) – Coefficient : 440
Nombre d’ascensions : 1

Actualisation 2017 : Par le plus grand des hasards, je l'ai grimpé par ses faces en 2017, améliorant même mes temps de montée de 30 secondes sur les deux faces et en inaugurant la montée directe depuis Bourbach qui est préférable à celle depuis Masevaux sauf que lorsqu'on vient du Ballon d'Alsace (et on vient forcément du Ballon), ça oblige à 5km de plaine en plus.

Hundstruck 16

 

 

 

col de Cou  (1117m)

 

Je mets tout de suite en garde ceux et celles qui, possédant un GPS, pensent être débarrassés de toute errance inutile. Il y a, en effet, deux cols du « Cou » en Haute Savoie. Celui qui démarre à quelques encablures de Samoëns et rejoint la frontière suisse est d’une beauté à couper le souffle… mais n’est accessible qu’en VTT à condition de fortement appuyer sur les pédales. Le Cou (toponyme dérivé de col) en question est situé bien dans le Chablais et n’offrirait qu’un passage anecdotique si ce n’est que cette variante depuis Fessy propose une pente soutenue jusqu’à retrouver la D12 à moins d’un km  du col.
 
COTE : 34
Haute Savoie (74) –  Départ : Fessy (sortie) au niveau du chemin des Caillats, D235 puis D12
Longueur :  6,9 km
Dénivelé : 531m  
Pourcentage moyen : 7,7 %
Temps de montée :   33’50  (le 9 Juin 2016) – Coefficient : 382
Nombre d’ascensions :  2 (en 2013 par la D12)
Tour de France : 5 ascensions - Gandarias  (1969)  -  Bernard Bourreau  (1984)

Cou 22

 

col de Hourataté  (1009m)

 

Pas facile d’exister dans l’ombre de la Pierre Saint Martin toute proche. Pourtant Hourataté ne manque pas d’atouts. Court sur pattes mais bien trapu comme un demi de mêlée, il en fera souffrir plus d’un. Ici, tout est vert, preuve que le climat n’est pas toujours bienveillant à l’encontre des cyclistes. Qu’importe!  A noter que l’on peut redescendre par la D441 et faire une boucle d’une quinzaine de km. Un apéritif en somme. 
 
COTE : 38
Pyrénées Atlantiques (64) –  Départ : Osse en Aspe (sortie lavoir) D442
Longueur :  6,8 km
Dénivelé : 556m  
Pourcentage moyen : 8,2 %
Temps de montée :   36’10  (le 6 Aout 2015) – Coefficient : 390
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : inédit

Houratate

 

n°164 - le Collet du Linge  (975m)

 

N’allez pas imaginer gravir un monument (bien qu’une stèle marque le sommet, lieu d'intenses et terribles combats lors de la Grande Guerre). Ce col vaut surtout par le paysage qui se déploie sous les pédales. Toute la vallée de Munster s’étale sous les rayons et, pour peu qu’une brume matinale envahisse la vallée, c’est comme sortir de l’océan. Magique. Le final rejoint la forêt Vosgienne. Fraicheur. Calme. Une thérapie, je vous dis. 
 
COTE : 30
Haut Rhin (68) –  Départ :  Hohrod, panneau entrée (pont)
Finish : Monument (stop)
Longueur :  8,6 km
Dénivelé : 561m  
Pourcentage moyen : 6,5 %
Temps de montée :   35’30  (le 26 Aout 2015) – Coefficient : 380
Nombre d’ascensions :  3
Tour de France : 3 ascensions - Louis Bergaud  (1957) - Jalabert (2001)

Actualisation 2018 : Grimpée d'Avril, jambes de fil. J'ai même été "déposé" par trois gaillards qui m'auraient bien aidé avec un peu plus d'entrainement. 

Linge

 

 

 

Super Sauze  (1678m / 1705m)

 

Ce n’est pas l’Alpe d’Huez, mais ce départ, une longue ligne droite qui se redresse comme un tremplin de saut à skis vaut le détour. Ensuite, c’est une succession de virages (pas véritablement de lacets) sur une route large et en bon état, permettant une magnifique descente. Le dernier km pour rejoindre le centre de la station ne présente qu’un faux-plat aussi ai-je stoppé le chrono dès la fin de la pente, raccourcissant d’un bon km et demi et ajoutant un point au pourcentage moyen. 

COTE : 32/29
Alpes de Haute Provence  (04) –  Départ :  D209, panneau le Super Sauze 9km
Finish : Anicenne ferme, haut de la côte / Bâtiment location de skis « au pied des cimes »
Longueur : 7,2  km / 8,9 km
Dénivelé : 527 m   / 554m  (plus 10m)
Pourcentage moyen : 7,3 % / 6,2 %
Temps de montée :   36’ / 40’40  (le 1°  Juillet   2016) – Coefficient : 410 / 433
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : inédit

Super sauze 5

 

 

 

n°135 - le Col/Pas de la Core  (1395m)

 

 

Autrement nommé Pas de la Core, cette ascension est d’une facilité déconcertante et parfaitement symétrique à un mètre près de dénivelé. Mais gravie en fin de journée (la descente au crépuscule) après moult et moult pérégrinations ariégeoises, je me suis trainé comme un malpropre, passant plus d’une heure sur des pentes qui ne prennent pas 50 minutes à être gravies. Comme les deux versants sont intéressants, je me suis promis d’y retourner et de prendre ma revanche (c'est fait sans grand éclat). Du coup, mes impressions sont plutôt floues. J’en garde tout de même un excellent souvenir, pittoresque : à Seix, j’étais tellement cuit que  je ne me souvenais plus où j’avais garé mon véhicule et j’ai dû faire demi-tour, légèrement apeuré de devoir passer la nuit dehors, couché sur mon vélo…

 
Depuis SEIX

COTE : 44
Ariège  (09) –  Départ :  Seix, panneau sortie de l’agglomération - D17
Longueur : 13,2  km
Dénivelé : 839 m  
Pourcentage moyen : 6,4 %
Temps de montée :   55'30  (le 3 Aout  2018) – Coefficient : 397
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : 7 ascensions - Bernaudeau (1984)  -  Durasek  (2015)

Par les Bordes:

COTE : 42
Ariège  (09) –  Départ :  Croisement D4 - D17
Longueur : 14  km
Dénivelé : 840 m  
Pourcentage moyen : 6 %
Temps de montée :   1h 04'  (le 17 Juin  2017) – Coefficient : 457
Nombre d’ascensions :  2

Actualisation 2018  J'avais une sacrée revanche à prendre sur le versant Seix. Mettre plus d'une heure sur 13km à 6% c'est une honte! Bon, 11 minutes de moins cette fois et toujours au crépuscule. 

Core 5

 

n°181 - col des Faïsses  (1017m)

 

Prétexte à gambader à la limite des deux départements et arpenter des routes changeantes. D’abord la remontée du vallon du Gardon depuis St André de Valborgne (départ possible) sur une route épousant les contours des collines à la végétation aride et désolée. Puis, on atteint le village du Pompidou (palier, plancher en occitan). Effectivement la pente se calme pendant 1km, avant de reprendre de plus belle sur une route large et dominant le plateau. Vue imprenable parvenu au sommet.
 
COTE : 25
Gard (30) Lozère (48) –  Départ :  D10  le pont Marès (ruisseau le Gardon) puis D61 et D9 (le Pompidou)
Longueur :  8,5 km
Dénivelé : 506  
Pourcentage moyen : 6 %
Temps de montée :   34’10   (le 25 Juillet 2016) – Coefficient : 405
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : inédit

Faisses 2

 

 

 

Roche Grande - Belvédère de Vaujany   (1680m) 

 

  Elle n’a l’air de rien cette grimpée. Moins de 10km, même pas 900m de dénivelé, inconnu jusqu’à son nom. Je l’ai baptisé ainsi… si quelqu’un connait le nom véritable, il est le bienvenu! Seulement voilà, la pente est bien présente. D’abord sur la route montant à Vaujany que les cyclosportifs connaissent bien, programmée une semaine ou deux avant la Marmotte et ne lui enviant en rien les difficultés. Ensuite, on retrouve une tripotée de fameux lacets qui ont fait la réputation des meilleurs cols. Et j’adore… Cette montée en forêt, débarrassé de toute circulation intempestive (cul de sac et peu de parking oblige). Au sommet, un belvédère offre une vue féérique sur le Verney et la chaine de Belledonne. 


COTE : 66
Isère  (38) –  Départ :  lac du Verney, croisement  D526 - D43a (à suivre) puis à gauche avant Vaujany
Finish : cheminée d’équilibre (la route ne va pas plus loin!)
Longueur :  9,4 km
Dénivelé : 864  
Pourcentage moyen : 9,2 %
Temps de montée :   54’  (le 27 Juillet 2016) – Coefficient : 375
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : inédit

Roche grande 7

 

col de l'Epine  (947m)

 

On ne retiendra pas forcément ce col de poche, sauf si on effectue le « Tour du Charvin » mentionné dans la rubrique des Circuits Grimpants, mais il sera alors gravi par son flanc nord, assez décousu et ne constituant pas à vraiment parler un « col » puisque le col du Marais est son tremplin. A noter qu’une autre Epine un peu plus crochue existe en Savoie, au départ de Chambéry. 
 
COTE : 28
Savoie  (73) –  Départ :  Marlens, rond-point croisement D1508 - D162 (à suivre)
Longueur :  6,9 km
Dénivelé : 481  
Pourcentage moyen : 7 %
Temps de montée :   32’  (le 2  Aout 2016) – Coefficient : 399
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : 3 ascensions - Virenque (1995) - P.Rolland (2013)

Epine 3

 

n°184 - Col du Firstplan  (722m)

 

Aucun chalenge sportif dans ce col à trois versants, puisque aucun ne présente de véritable défi. Seulement une ambiance magnifique, du moins depuis ce versant venant de la plaine alsacienne. On s’élève assez sévèrement quand même parmi le vignoble (à l’automne c’est un plaisir des yeux) et le panorama sur les ondulations de la topographie valent bien quelques coups de pédale. Ensuite on retrouve une forêt mixte jusqu’au col. Les ascensions par Soultzbach et Soultzmatt ne proposent que la fraicheur et la tranquillité du couvert arboricole. 

 
Depuis GUEBERSCHWIHR - 

COTE : 18
Haut-Rhin  (68) –  Départ :  Gueberschwihr, panneau entrée - D1V puis D40
 Longueur : 11,5  km
Dénivelé : 503 m   (plus 102m)
Pourcentage moyen : 4,4 %
Temps de montée :   44’10  (le 6  mai  2016) – Coefficient : 438
Nombre d’ascensions :  2

Tour de France : 4 ascensions - Agostino  (1969)  -  Voeckler  (2014)

Depuis SOULTZMATT - 

COTE : 20 (15 variante par Wintzfelden)
Haut-Rhin  (68) –  Départ :  Soultzmatt, croisement D40 - D18bis
 Longueur : 8,4  km (9,95 km variante par Wintzfelden)
Dénivelé : 450 m   (418m variante par Wintzfelden)
Pourcentage moyen : 5,4 % (4,2 % variante par Wintzfelden)
Temps de montée :   30'50  (le 22 Juillet  2017) – Coefficient : 411
Nombre d’ascensions :  3

Depuis SOULTZBACH - 

COTE : 21
Haut-Rhin  (68) –  Départ :  Croisement route de Wasserbourg (D40 - D43)
 Longueur : 5,2  km 
Dénivelé : 358 m   
Pourcentage moyen : 6,9 % 
Temps de montée :   21'30  (le 31 Juillet  2017) – Coefficient : 360
Nombre d’ascensions :  8

Actualisation : Le Firstplan est au programme de l'Alsacienne (par son versant sud) et des Ballons Vosgiens (par son côté nord), donc incontournable. Je lui préfère pourtant sa face orientale, pas gravie en 2017 toutefois. Satisfaction de progresser puisque 2 minutes de moins pour le versant Soultzbach, le plus ardu.

Firstplan 22

 

col de la Forclaz de Queige  (871m)

 

On ne compte plus les Forclaz que nos roues ont gravies. Trois cols sur ce site, surement d’autres encore, une commune… Mais d’où vient ce nom? Le patois savoyard n’y est pourtant pour rien puisque tout vient du latin furcula, petite fourche, aurait désigné un passage dans la montagne. Un col, en somme. Il ne fallait pas aller chercher midi à quatorze heures. Cette Forclaz là est la plus gentille des trois mentionnées ici. Celle de Martigny (en Suisse) tient le haut du pavé tandis que celle de Montmin,  toute proche et offrant un point de vue sur le lac d’Annecy, offre des rampes à dévisser les meilleurs mollets. Depuis Queige, c’est une  promenade et les deux versants Ugine permettent de beaux panoramas avant de s’enfoncer dans la forêt. 
 

Versant Ugine :

COTE : 29
Savoie  (73) –  Départ : Sortie Ugine, croisement D1212 - D71 (à suivre, puis D67)
Longueur :  5,6 km
Dénivelé : 445  
Pourcentage moyen : 7,9 %

Temps de montée : 27'50  (le 6 Septembre 2018) - coefficient : 375
Nombre d’ascensions :  2 
Tour de France : 4 ascensions - Lazarides (1947)  -  De Gendt  (2016)

 

Versant Queige :

COTE : 22
Savoie  (73) –  Départ : Queige, rond-point D925 - D67
Longueur :  4,5 km
Dénivelé : 341  
Pourcentage moyen : 7,6 %

Temps de montée : 21'10  (le 2 Aout 2016) - coefficient : 372
Nombre d’ascensions :  2 

Actualisation 2018 : petite montée coincée entre les Aravis et puis 3 "murs" : Forclaz (de Montmin celle-là), Plan Bois et les Glières. Sous un ciel menaçant.

Forclaz queige 7

 

Col du Corbier  (1262m - 1237m)

 

Gentil col mettant en communication la vallée de la Dranse de Morzine avec celle de la Dranse d’Abondance, cette ascension vaut surtout par la sérénité qui semble se dégager d’une route pas trop pentue mais suffisamment pour se rendre compte qu’on est vraiment dans un col alpin. Il y règne un air de Suisse (toute proche en vérité). Afin de gonfler un peu des données, je prends le départ du Pont de Gys, traversant le village de Le Biot et, surtout, m’octroie un final inédit en filant vers les nombreux immeubles qui parsèment le col. 

 
COTE : 37
Haute-Savoie  (74) –  Départ :  le Pont de Gys, croisement D902 - D32
Finish : immeuble les Primevères (route à gauche juste avant le col)
Longueur : 8,1  km
Dénivelé : 600 m  
Pourcentage moyen : 7,4 %
Temps de montée :   40’20  (le 9 Juin  2016) – Coefficient : 403
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : 6 ascensions - Wellens (1977)  -  Fabio Parra  (1988)

Corbier 13

 

Collet de Tamié  (958m)

 

L’une des nombreuses portes d’entrée dans le magnifique massif des Bauges. Attention à ne pas se tromper : le collet de Tamié est un poil plus difficile que le simple col (je préconise la descente par celui-ci, ramenant au point de départ sur une belle route). Il est peut-être possible d’atteindre la cote 1216 par une petite route démarrant à droite et desservant la chapelle de la Ramaz (d’après de rapides calculs, on atteint un pourcentage moyen de 10 sur 3km). A essayer.  


COTE : 31
Savoie  (73) –  Départ :  Gilly sur Isère, bout de la ligne droite (route des François à droite) -D64, D64a, D104
Longueur :  9,1  km
Dénivelé : 586 m  
Pourcentage moyen : 6,4 %
Temps de montée :   42’  (le 12 Octobre  2015) – Coefficient : 430
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : 10 ascensions - col de Tamié : Bergaud (1957) - p.Rolland (2013) - 2016 :???

Tamie 4

 

 

 

 

col d'Ispéguy  (672m)

 

Le moins difficile des cols basques retenus ici. Son versant espagnol est une promenade. Peu boisés, les abords de la route qui épouse le flanc de la colline, permettent toujours une superbe vue plongeante. Un très bon entrainement, remise en forme ou découverte de l’univers parfois impitoyable des cols. 

    
COTE : 28
Pyrénées Atlantiques  (64) –  Départ :  St Etienne de Baïgorry (pont, église) - D949
Longueur :  7,9  km
Dénivelé : 672 m  
Pourcentage moyen : 6,5 %
Temps de montée :   33’40  (le 7 Aout  2015) – Coefficient : 395
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : 3 ascensions - Van Impe  (1977) - Pascal Hervé  (1996)

 

Ladera Espanola
COTE : 13
Espagne  –  Départ :  Ruisseau, avant la borne Km 6
Longueur :  5,9  km
Dénivelé : 302 m  
Pourcentage moyen : 5,1 %
Temps de montée :   22’  (le 7 Aout  2015) – Coefficient : 437

Nombre d’ascensions :  1

Ispeguy 1

 

 

 

 

n°154 - Chalets d'Ajon  (1400m)

 

J’aime assez ces arrivées nulle part, entre deux chalets ou, mieux, dans un no man’s land annonciateur de fin du monde… ou des origines, allez savoir. En fait, depuis Onnion, il s’agit de monter à la station de Plaine Joux (pas celle située sur  la commune  de Passy et faisant face au Mont Blanc) puis d’entamer l’itinéraire qui atteint la Pointe de Miribel (uniquement à pied) qui offre de somptueux paysages.  Rien de bien méchant à part quelques pentes plus sévères parsemées ça et là. En revanche, la version « nord » présente un dénivelé de 600m sur 7km. Faites le calcul pendant que j’y retourne. 


COTE : 34
Haute-Savoie  (74) –  Départ :  Onnion, croisement D26 - D190b (à suivre) puis  à droite au col de Plaine Joux
Longueur :  9  km
Dénivelé : 610 m   (plus 11m)
Pourcentage moyen : 6,8 %
Temps de montée :   39’10  (le  17 Aout  2015) – Coefficient : 378
Nombre d’ascensions :   2 (depuis Villard)
Tour de France : inédit

 

Col du Pertus  (1309m)

 

S’orthographie parfois avec un H et cela ne va rien changer au côté pernicieux du garnement. Proposant des mensurations débonnaires, il fait partie de ces cols qui cachent bien leur jeu. Je passe sur le versant sud qui est une promenade, encore que le premier kilomètre ferait blêmir les plus intrépides. Je parle bien des 4km et demi qui, depuis le charmant hameau de Mandailles, niché au cœur des montagnes Cantaliennes, se hisse de près de 400m parmi un paysage résolument rural. Pas de franche forêt, on ne peut non plus parler d’alpage, juste un seul lacet répertorié, pas de quoi en faire un fromage (du Cantal bien sûr!). Le problème du Pertus est qu’il est irrégulier comme cette fameuse Planche des Belles Filles. Un coup c’est plat ou quasiment, le virage d’après ça se dresse à vouloir grimper aux arbres. 

COTE : 27
Cantal  (15) –  Départ :  Mandailles, croisement D17, église - D317
Longueur : 4,5  km
Dénivelé : 381 m  
Pourcentage moyen : 8,5 %
Temps de montée :   23’50  (le 12  Aout   2015) – Coefficient : 375
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : 2 ascensions - Homeland (2011) -  Van Avermaet  (2016)

Depuis St Jacques
COTE : 13
Cantal  (15) –  Départ : St Jacques, croisement N122 - D317
Longueur : 5,8  km
Dénivelé : 306 m    (plus 15m)
Pourcentage moyen : 5,3 %
Temps de montée :   22’20   (le 12  Aout   2015) – Coefficient : 417
Nombre d’ascensions :  3

Actualisation : Puisque le circuit n°26 l'emprunte par son côté anecdotique, je le note - mais le seul versant qu'on doit retenir est celui depuis Mandailles. 

Pertus 9

 

col du Page  (957m)

 

L’idée est de s’élever depuis Bussang, connue pour son théâtre du Peuple, ses projets non aboutis de percement de tunnel et d’une ville d’eaux, le trop faible débit et une contamination bactérienne  eurent raison de cette cité se voulant thermale, et d’aller basculer à deux pas du col d’Oderen en longeant la petite station de sports d’hivers de Larcenaire. Les 5% de pente moyenne trahissent de véritables murs suivis de replats laissant admirer le paysage, très rude. 


COTE : 15
Vosges (88) –  Départ :  Bussang centre, virage N66
Longueur :  7  km
Dénivelé : 360 m  (plus 10m)
Pourcentage moyen : 5,1 %
Temps de montée :   28’45  (le 5  Mai   2016) – Coefficient : 466
Nombre d’ascensions :  12
Tour de France : inédit 

 

col du Frêne  (950m)

 

Encore une entrée dans le massif des Bauges. La plus évidente depuis la vallée de l’Isère, donc il faudra subir un peu plus de circulation. C’est un col qui se situe juste sous les 10km avec un pourcentage honorable et offre un point de vue superbe… au départ, sur les rives de l’étang de Carouge où se reflète la Dent d’Arclusaz (jolie balade soit dit en passant). 


COTE : 37
Savoie  (73) –  Départ :  D911 - Rond point de l’étang de Carouge, en aval de St Pierre d’Albigny
Longueur :  9,9  km
Dénivelé : 665 m  
Pourcentage moyen : 6,7 %
Temps de montée :   46’10  (le 12 Octobre  2015) – Coefficient : 417
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : inédit 

Frene 3

 

Col de Port  (1250m)

 

 

Exemple parfait de tautologie  puisque un port est un col. Une montée pas trop difficile qui offre de belles vues sur le final. L’autre versant est celui qui permet de grimper le mur de Péguère, autant dire que Port n’a pas trop la cote en lui-même. Il permet toutefois de boucler un circuit incluant Agnès et Lers. 


COTE : 28 / 30
Ariège  (09) –  Départ :  D618 - Panneau sortie Saurat / Rond point Tarascon 
Longueur :  9,1  km /  16,2 km
Dénivelé : 550 m  / 765m (plus 33m)
Pourcentage moyen : 6 % / 4,7 %
Temps de montée :   39’05  (le 24  Septembre  2015) – Coefficient : 426
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : 11 ascensions - Albert Bourlon  (1947) - S. Casar  (2009)

Port 9 

 

Station de Risoul  (1910m)

 

Parmi les nombreuses montées en station, je dois avouer que celle-ci n’a pas particulièrement ma préférence. Hormis le premier km, la pente est paisible et la vue presque inexistante. La légende? Le Tour n’y est venu qu’en 2014 et pour l’unique première fois. Reste que Risoul se situe au cœur de paysages splendides et pas loin de cols mythiques (Vars, Izoard). Pour la petite histoire, je préfère ce final à celui du Tour, un poil plus haut et se terminant par une jolie série de lacets.

COTE : 54 
Hautes Alpes  (05) –  Départ :  Guillestre, route de Risoul, après le pont au niveau de la route des campings
Finish : à l’entrée de la station, prendre à droite, avaler quelques lacets - Résidence les Balcons de Sirius
Longueur :  13,6  km
Dénivelé :  935 m
Pourcentage moyen : 6,9 %
Temps de montée :   56’50  (le 23 Aout  2016) – Coefficient : 365
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : 1 ascension : 2014 (Majka)

 

Grand Cucheron  (1188m)

 

La première fois que j’ai escaladé ce modeste col, je restai sur ma faim. Moins d’une heure pour un col réputé difficile. Mouais. Peut-être mon compteur débloquait. J’ai remis le couvert et, pour 5 secondes de plus, je persiste à affirmer qu’il n’y a là rien de bien insurmontable. Passé le hameau des Champs, on entre en forêt comme dans une cathédrale et la pente s’affirme. On peut corser l’aventure en traversant Saint Alban des Hurtières, gagnant 600m et augmentant du coup le pourcentage et, 300m avant le col, virer à gauche sur une petite route menant au refuge de la Jasse (que l’on n’attendra pas sur le goudron) qui allonge d’une paire de km et quelques centaines de mètres de dénivelé. 


COTE : 45
Savoie  (73) –  Départ :  D207, rond-point à proximité de l’échangeur autoroutier (plan d’eau)
Longueur :  12,7  km
Dénivelé : 825 m
Pourcentage moyen : 6,5 %
Temps de montée :   53’40  (le 3 Octobre  2016) – Coefficient : 390
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : 5 ascensions : 1972 (Merckx) - 2012 (Kiserlovski)

Gd cucheron 2016 5


 

 

Saint Nizier-du-Moucherotte  (1208m)

 

Résumons : au départ de Grenoble on peut accéder au massif de la Chartreuse par Palaquit, grimper dans Belledonne par Uriage jusqu’à Chamrousse et s’attaquer aussi au Vercors par cette grimpée sur une route lisse et large, donc à circulation intensive. Ce n’est pas de tout repos, mais vous ne serez pas longtemps seul dans ce calvaire, rassurez-vous.Il y a toujours un Grenoblois suffisamment matinal pour vous tenir compagnie. L’idée est de terminer en beauté, 700m après St Nizier dans un cul-de-sac qui offre une vue superbe sur les falaises du Vercors. 


COTE : 53
Isère  (38) –  Départ :  Seyssinet, après rond-point au niveau de la Rue des Fleurs - D106b puis D106
Finish :  Parcours Aventure, à gauche à la sortie de St Nizier
Longueur :  15,2  km
Dénivelé :  987 m
Pourcentage moyen : 6,5 %
Temps de montée :   1h 03’30  (le 1° Septembre  2016) – Coefficient : 386
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : 4 ascensions -  1950  (Lazaridès) - 1989  (Fignon)

St nizier 4

 

Station de Margériaz  (1394m)

 

Ah, les Bauges!  Sa verdure, son calme, son ambiance agricole au tintement des cloches des bovins. Et ses petits cols. Hormis le Semnoz, tout est abordable même pour le béotien de base. Pourtant là, en 6km à peine, on va transpirer malgré la fraicheur de la forêt qui nous entoure. En partant de Lescheraines (le pont), on ajoute 10km de faux-plat, idéal échauffement. Je suis d’ailleurs étonné du faible pourcentage (erreur de calcul? Mauvaise forme soudaine? Replat qui m’aurait échappé?) car il n’y a jamais de répit dans cette grimpée.


COTE : 30
Savoie (73) –  Départ :  croisement route d’Aillon le Jeune (D59a) - FINISH : large parking de la  station
Longueur :  6,2  km
Dénivelé :  475m
Pourcentage moyen : 7 %
Temps de montée :   31'45  (le 23 Aout  2017) – Coefficient : 401
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : inédit

Actualisation : Final du très beau circuit n°10, j'ai tout de même réussi à améliorer mon temps. En revanche, les amateurs de beaux panoramas seront déçus : on n'y voit absolument rien!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Croix de Lampres  (1202m)

 

L’intérêt de ce col n’est pas son ascension en elle-même, bien que le départ risque de surprendre le distrait (faire attention à sa roue libre). C’est une des plus belles entrées sur ce plateau du Cézalier, calé orientalement entre les deux principaux massifs auvergnats : le Sancy et le Puy Mary. Il règne ici une ambiance de grand ouest façon western. Des landes battues par les vents (les participants de l’Etape du Tour Issoire-St Flour pourront vous en conter) et un paysage âpre mais grandiose. 


COTE : 27
Cantal  (15) –  Départ :  Ferrières St Mary, croisement N122 (D14 puis D114)
Longueur :  9  km
Dénivelé : 536 m  (plus 15m)
Pourcentage moyen : 6 %
Temps de montée :   39’  (le 21 Septembre  2016) – Coefficient : 425
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : inédit

 

Prat de Bouc  (1396m)

 

Si les cols Cantaliens ne sont pas des ogres, force est de reconnaitre que tout peut changer selon les conditions météorologiques. Grimpé sous un soleil ardent, dans des bourrasques de tempête ou englouti par un brouillard à découper au sabre, Prat de Bouc s’avère bien plus dur qu’il n’est en vérité. Juste une invitation à aller voir plus loin et plus haut (en Vtt ou à pied).


COTE : 26
Cantal  (15) –  Départ :  D39, lieu dit « les Clages », face aux constructions Murataises
Longueur :  8,3  km
Dénivelé : 506 m
Pourcentage moyen : 6,1 %
Temps de montée :   32’30  (le 16 Mai  2017) – Coefficient : 385
Nombre d’ascensions :  3
Tour de France : 3 ascensions : 1975 (Merckx) - 2011  (Hoogerland)

Actualisation : Bien calée dans le circuit n°26, la grimpée du Prat de Bouc n'offre aucune difficulté, aucune résistance, du coup, amélioration d'une minute de mon temps. 

 

Col de la Croix des moinats  (890m)

 

Les "Moinats" est un des rares cols Vosgiens à ne pas traverser la moindre forêt. Une montée au milieu des prés qu’on fauche encore à l’ancienne dès le mois de Juillet, émaillé de fermes typiques et, modernité oblige, de quelques chalets en rondins (l’un des plus beaux spécimens se trouve sur le versant de la Bresse). Rien de bien difficile, sauf pour ceux qui, ayant l’âme de corsaires, iront fureter vers le col des Hayes (les 200 derniers mètres valent leur pesant de cacahuètes) ou, mieux encore, aller faire un demi-tour au col de Menufosse (sur la gauche, juste après la route des Hayes). La montée depuis Cornimont est plus courte mais plus raide, spécialement le début. Si l'on vient de la Bresse, on aura à faire à un long faux-plat, indigne de figurer sur ce site.


Depuis Vagney :

COTE : 24
Vosges  (88) –  Départ :  D34 - Vagney, borne 15 (rue des Angles)
Longueur :  8,1 km
Dénivelé : 480 m
Pourcentage moyen : 5,9 %
Temps de montée :   30’40  (le 20  Juillet  2017) – Coefficient : 383
Nombre d’ascensions :  9
Tour de France : 1 ascension : 2014 (B.Kadri)

Depuis Cornimont :

COTE : 23
Vosges  (88) –  Départ :  Cornimont, croisement
Longueur :  5,2 km
Dénivelé : 375 m
Pourcentage moyen : 7,2 %
Temps de montée :   23'30  (le 7  Juillet  2007) – Coefficient : 376
Nombre d’ascensions :  9

Actualisation 2018 : Une seule ascension en 2018, mais celle de Menufosse étant commune à 90%, on peut dire que j'ai fait les deux faces sans pour autant améliorer un temps de... 2007! Il serait temps de se réveiller!

 


 

 

Col de Sapois  (835m)

 

On oubliera facilement ce col de poche aux abords de la tendre cité Géromoise. Ambiance toute Vosgienne, pâturages et forêt de sapins. Par contre, hissez vous depuis le lac de Gérardmer et vous m’en direz des nouvelles : 2km à plus de 10% 

COTE : 17

Vosges  (88) –  Départ :  D23g - Sapois, panneau sortie

Finish : panneau Route du Col 

Longueur :  6,3  km

Dénivelé : 356 m

Pourcentage moyen : 5,7 %

Temps de montée :   23’45  (le 4 Mai  2016) – Coefficient : 400

Nombre d’ascensions :  8

Tour de France : inédit

 

Le « Mur »  (899m)

COTE : 19

Départ : Ramberchamp (rive du lac), croisement D69

Finish : école de Phény, lorsque la pente cesse

Longueur : 2,3 km

Dénivelé : 232m

Pourcentage moyen : 10,1 %

Temps de montée : 13’06 (le 20 Juillet 2017) - Coefficient : 339

Nombre d’ascensions : 2 (+ 2 suivant la route normale du col)

Actualisation : Toute petite victoire puisque j'ai amélioré de moins de 10 secondes mon temps. Véritable ascenseur au milieu des sapins pour finir devant une école... ou un "col"?

 

Col du Collet  (1110m)

 

Bel exemple de tautologie puisque je ne vous apprendrai pas qu’un Collet n’est qu’un  « petit  » col. Petit, mais costaud, surtout en ce qui concerne ce versant (on peut accéder au croisement symbolisé par une auberge - les Vosgiens ne sont jamais les derniers en ce qui concerne les plaisirs de bouche) par trois autres routes dont l’une, venant d’Est n’est que le prolongement du col de la Schlucht. Je reviendrai plus tard sur les deux autres grimpées. Celle qui nous occupe précisément démarre des rives du lac de Retournemer, faisant suite au célèbre Longemer dont les rives se parent de jonquilles aux meilleurs jours d’Avril puis d’une faune bronzante dès les premières chaleurs estivales. On ne suspecte pas la pente, la route étant suffisamment large, mais on sent que, quelque part, « ça coince ». Le final épouse une sorte de cirque, si bien qu’on finit presque par revenir à l’aplomb de notre point de départ, le tout dans une magnifique forêt vosgienne typique. 


Variante par Retournemer:

COTE : 20
Vosges  (88) –  Départ :  D67 puis D34d - Retournemer, panneau 70 (route à droite)
Longueur :  4,4  km
Dénivelé : 325 m
Pourcentage moyen : 7,4 %
Temps de montée :   17’50  (le 5 Septembre  2015) – Coefficient : 329
Nombre d’ascensions :  9 (plus  12 venant de la Bresse, n’effectuant donc que la seconde moitié de l’ascension)
Tour de France : inédit (du moins par répertorié pour le classement du Meilleur Grimpeur)

Direct depuis Longemer:

COTE : 15
Vosges  (88) –  Départ :  Croisement lac de Longemer à la sortie de Xonrupt (pont)
Longueur :  7,2  km
Dénivelé : 362 m
Pourcentage moyen : 5 %
Temps de montée :   23'50  (le 31 Juillet 2017) – Coefficient : 395
Nombre d’ascensions :  7

Variante par le Grand Valtin :

COTE : 16
Vosges  (88) –  Départ :   le Valtin, roue du moulin
Longueur :  6,4  km
Dénivelé : 355 m
Pourcentage moyen : 5,5 %
Temps de montée :   28'20  (le 17 Avril 2018) – Coefficient : 479
Nombre d’ascensions :  4

Actualisation 2017 : Etonnement, je n'ai pas usé mes pneus sur cette grimpée en 2017, me contentant du faux-plat proposé traditionnellement en guise d'hors d'oeuvre par les "Ballons Vosgiens". C'est lors de sa reconnaissance, un mois plus tôt, que j'ai amélioré mon score. Mon objectif en 2018 sera d'enchainer les 3 montées en essayant de ne pas y passer plus d'une heure (temps de montée). Objectif loin d'être atteint, tout simplement parce que si j'ai grimpé 2 fois le versant Retournemer, je n'ai pas grimpé directement depuis Longemer. De toute manière, grimper les 3 faces en moins d'une heure n'est pas dans mes possibilités! 

 

la Croix de Baptiste  (1234m)

 

Cette montée peut s’enorgueillir  de présenter le plus faible pourcentage de cette collection. Moins de 4%, autant dire qu’une ligne de chemin de fer pourrait aisément suivre le bas-côté sans besoin de crémaillère. Cette longue remontée de vallon est un pur bonheur pour déboucher sur le plateau du Cézalier. On peut raisonnablement corser le processus en incluant Escrouset et Molèdes dans le circuit. Je tiens en outre à préciser que, souvent, on parle du col de Baladou, situé à un jet de pierre mais sur la D21 au pied d'une tribu d'éoliennes.  


COTE : 19
Cantal  (15) –  Départ :  D9 - Auriac bas, centre
Longueur :  17,1  km
Dénivelé : 627 m
Pourcentage moyen : 3,7 %
Temps de montée :   1h 01’40  (le 21 Septembre  2016) – Coefficient : 590
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : inédit

 

n°155 - Col du Chioula (1431m)

 

Rien de bien méchant pour ce col entrouré de noms bien plus prestigieux. A noter que, permettant d'atteindre le plateau de Sault, il ne présente qu'un seul versant intéressant... à moins de considérer la montée depuis Luzenac qui fera l'objet d'un prochain article.

C'est fait! Quasiment 2 fois plus longue que l'ascension depuis Ax, la variante par le col de Marmare offre de superbes paysages sans de grosses pentes.

Depuis Ax les Thermes :

COTE : 43
Ariège (09) –  Départ :   Ax-les-Thermes (rond-point)
Longueur :  10,2 km
Dénivelé : 696 m
Pourcentage moyen : 6,8 %
Temps de montée :   48'40  (le 16 Juin  2017) – Coefficient : 419
Nombre d’ascensions :  2 (+ 2 venant de Pailhères)
Tour de France : 4 ascensions (1955 : Luciano Pezzi - 2001 : Paolo Bettini)

Depuis Luzenac par le col de Marmare :

COTE : 31
Ariège (09) –  Départ :   Luzenac (pont) D2 puis D20 (col de Marmare)
Longueur :  18,7 km
Dénivelé : 833 m
Pourcentage moyen : 4,5 %
Temps de montée :   1h 10'30  (le 5 Aout  2018) – Coefficient : 508
Nombre d’ascensions :  1

Actualisation 2018  Il ne faisait pas froid ce 5 Août! En plus, un panneau indiquant la route coupée m'inquiétait. En fait, c'est 100m avant Marmare que la route est en train de partir en bouillie. Ca passe sans problème en vélo, mais qu'on se dépêche, un affaissement prochain n'est pas exclu!

 

Pra Loup  (1620m)

 

A mes yeux, Pra Loup ne vaut que par cette fabuleuse passation de pouvoir entre le Cannibale et... ben quoi, il n'a pas de surnom Nanard? Pas long (la moitié de l'Alpe d'Huez et, d'une façon générale, de n'importe quelle montée en station qui se respecte), pas pentu (on a vu plus sérieux, par exemple le Plateau de Saix (dossard n°1OO) . Reste ce fabuleux paysage qu'on peut aussi admirer depuis sa voisine, Super Sauze que je lui préfère sans contestation).

COTE : 25
Alpes de Haute Provence (04) –  Départ :  Croisement D908 - D109 (après le Pont Rouge)
Longueur :  7,4 km
Dénivelé : 476 m
Pourcentage moyen : 6,4 %
Temps de montée :   32'10  (le 9 Juillet  2017) – Coefficient : 405
Nombre d’ascensions :  2  
Tour de France : 3 ascensions - 1975 (Thévenet) - Geschke (2015)

 

Col de Larche (1991m)

 

Si le Tour de France n'y a jamais mis les pieds, heu pardon, les boyaux, c'est peut-être que, au milieu de prestigieux cols de ces alpes méridionales, Larche fait office de Petit Poucet. Idéal pour débuter un circuit (n°1) qui fera se dresser de plus amples monstres (Lombarde, Bonnette). Ne faites pas l'erreur du débutant que je fus en inversant l'itinéraire : le versant Italien propose certes de jolis lacets mais est parfaitement interminable et copieux en automobilistes peux scrupuleux quant à la sécurité des deux roues. Autre frayeur : côté italien le col s'appelle Magdalena.

 

COTE : 24
Alpes de Haute Provence (04) –  Départ :   Croisement D900 - D902 (route du col de Vars)
Longueur :  16,1 km
Dénivelé : 682 m
Pourcentage moyen : 4,2 %
Temps de montée :   54'15  (le 14 Juillet  2017) – Coefficient : 477
Nombre d’ascensions :  3 
Tour de France : Inédit

Actualisation : Lors du circuit n°1, j'ai amélioré mon temps d'à peine une minute alors que j'ai eu un formidable lièvre : une dame d'un âge avancé sur un lourd VTT!!! Bon, dans le poids, il y avait une batterie. 

 

Orcières Merlette  (1800)

 

Sportivement, cette montée en station ne tient pas la route. Cela tient à ce qu'on part déjà d'un plateau situé à plus de 1000m d'altitude. En revanche, le panorama est superbe et peut laisser distraire. 

COTE : 30
Hautes Alpes  (05) –  Départ :   les Garnauds (borne KM 11) - D944 puis D76 - FINISH : entrée station
Longueur :  10,3 km
Dénivelé : 614 m
Pourcentage moyen : 6 %
Temps de montée :   44'45  (le 15 Aout  2017) – Coefficient : 437
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : 4 Ascensions : 1971 Luis Ocana - 1989 Steven Rooks

 

le Haut-Crêt  (1119m)

 

J'ai découvert le Jura en 2017. Etant donné que la montagne jurasienne n'est qu'un vaste plateau, les dénivelés sont forcéments peu conséquents, sauf à partir du versant Suisse. Saint Claude étant situé dans une véritable cuvette, les grimpées prennent ici de l'ampleur. Passé un départ très tortueux, c'est une voie rectiligne qui s'applatit jusqu'au col.

 

COTE : 27
Jura  (39) –  Départ :   Saint Claude (D304, croisement avec la D436)
Longueur :  14,1 km
Dénivelé : 681 m
Pourcentage moyen : 4,8 %
Temps de montée :   50'30  (le 25 Aout  2017) – Coefficient : 445
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : Inédit

 

Combe Laval - Col de Gaudissart  (908)

 

En réalité, le col de Gaudissart emprunte les trois quarts du col de l'Echarasson (dossard n°150). La montée n'est pas très originale, permettant juste une belle vue en accédant au sommet. C'est là que le spectacle devient formidable. La Combe Laval est cette route taillée dans le rochers qui a fait la réputation du Vercors. A noter qu'en poursuivant sur cette route (D76) on atteint le col de la Machine mais on lui préférera un départ depuis St Laurent en Royans par la D2.

COTE : 30
Drome (26) –  Départ :   St Jean en Royans, croisement D76 - D70 - FINISH : fin de pente, avant le belvédère
Longueur :  8,6 km
Dénivelé : 649 m
Pourcentage moyen : 7,5 %
Temps de montée :   40'  (le 13 Aout  2017) – Coefficient : 370
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : Inédit

 

Roc Jalère  (991m)

 

Anecdotique long faux-plat dont on ne retiendra qu'une ambiance méditerranéenne et de jolis panoramas. 

Actualisation 2017 : En 2017, j'ai dû subir une récent gravillonage à la descente, risquant me rompre le cou à tout instant. Assassins!

COTE : 31
Pyrénées Orientales (66) –  Départ :   Catllar (pont) D14 sur 1km puis D619 à droite
Longueur :  11,8 km
Dénivelé : 663 m
Pourcentage moyen : 5,6 %
Temps de montée :   49'40  (le 24 Mai  2017) – Coefficient : 449
Nombre d’ascensions :  1 
Tour de France : Inédit

 

Col de Montségur (1059m)

 

Situé sur les flancs des Monts  d'Olmes, ce qu'on peut raisonnablement qualifier de "côte" ne vaut que par les ruines de son château typiquement cathare. 

Depuis Montferrier :

COTE : 26
Ariège (09) –  Départ :   Montferrier, point le plus bas
Longueur :  4,6 km
Dénivelé : 379 m
Pourcentage moyen : 8,2 %
Temps de montée :   21'55  (le 16 Juin  2017) – Coefficient : 347
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : Inédit

Depuis Bélesta :

COTE : 25
Ariège (09) –  Départ :   D9 - Pont la Débaillarde
Longueur :  7,2 km
Dénivelé : 461 m
Pourcentage moyen : 6,4 %
Temps de montée :   pas de données – Coefficient :
Nombre d’ascensions :  1 

 

Col de Magnard (1172m)

 

Montée de Septmoncel - la Vie Neuve  (1041m)

 

Belvédère de la Cernaisse  (1134m)

 

n°188 - la Vie Neuve (1265m)

 

 

Grimpée à la carte puisqu'au départ de St Claude pas moins de trois possibilités :

D'abord, le col de Magnard sur une route impeccable mais assez courue. Le final, après la traversée de Septmoncel, n'est qu'un faux-plat.

Ensuite, en prenant à droite avant le village, la route s'élève davantage et termine par un superbe belvédère - celle-ci a ma préférence. On garde une sinuosité imposée dès la sortie de St Claude et toujours une vue surplombante sur les méandres jurassiens.

Enfin, un final digne des plus belles grimpées, en traversant Septmoncel sur la gauche, longeant l'église pour terminer au lieu-dit "la Vie Neuve". Pour costauds.  

La grimpée de la Vie Neuve poursuit celle du belvédère de Cernaisse et offre le point culminant de ces petites montées au départ de la capitale de la pipe.

Col de Magnard

COTE : 31

Jura (39) –  Départ :   Saint Claude (sortie) - D436,  au niveau du ruisseau le Bief des Foules
Longueur :  14,8 km
Dénivelé : 742 m
Pourcentage moyen : 5 %
Temps de montée :   pas de données – Coefficient : 
Nombre d’ascensions :  0
Tour de France : Inédit

Belvédère la Cernaisse

 

COTE : 32
Jura  (39) –  Départ :   Saint Claude (sortie) - D436 au niveau du ruisseau le Bief des Foules, puis D25 après les lacets  FINISH : la Cernaisse, à droite (vers le belvédère)
Longueur :  11,4 km
Dénivelé : 704 m
Pourcentage moyen : 6,2 %
Temps de montée :  pas de données  – Coefficient : 
Nombre d’ascensions :  0 

La Vie Neuve (Septmoncel)


COTE : 32
Jura  (39) –  Départ :   Saint Claude (sortie) - D436 au niveau du ruisseau le Bief des Foules - Septmoncel, à gauche devant la supérette puis contourner l'église. FINISH : panneau "la Vie Neuve"
Longueur :  9,8 km
Dénivelé : 611 m
Pourcentage moyen : 6,2 %
Temps de montée :   38'  (le 25 Aout  2017) – Coefficient : 373
Nombre d’ascensions :  1 

La Vie Neuve (1265m)


COTE : 40
Jura  (39) –  Départ :   Saint Claude (sortie)  - D436 puis D25 à droite et D292 à gauche après Cernaisse - Finish : lorsque la pente finit.
Longueur :  14,5 km
Dénivelé : 835 m
Pourcentage moyen : 5,8 %
Temps de montée :   59'  (le 13 Octobre 2018) – Coefficient : 424
Nombre d’ascensions :  1 

Actualisation 2018 : Première grimpée du circuit n°34, j'étais donc frais. Et au petit matin en Octobre, il ne faisait pas chaud dans ce goulet. 

 

 

Col Amic  (828m)

 

En vertu du principe qu'un "faux-col" n'en est pas un à part entière, Amic ne devrait pas plus se trouver dans cette liste que ne l'est le col du Lautaret. Il permet simplement d'accèder au Grand Ballon par 3 itinéraires qui sont  détaillés (dossard n°14). Mais, feu la Vosgienne l'empruntait, alors pour lui rendre hommage...

COTE : 21
Haut Rhin (68) –  Départ :   Soultz (sortie), croisement D51
Longueur :  11,2 km
Dénivelé : 532 m
Pourcentage moyen : 4,7 %
Temps de montée :   39'40  (le 28 Juillet  2017 - lors de la grimpée du Grand Ballon) – Coefficient : 447
Nombre d’ascensions :  6
Tour de France : Inédit

 

Col de l’Arangaïtz (832m)

 

Petit col basque bien trapu, il est quasiment inconnu. En fait, il donne sur le col d’Aphanize et on ne saura pas grand-chose de plus à son sujet. Une sympathique petite grimpée avec quelques murs…

COTE : 41
Pyrénées Atlantiques (64) - Départ : Alçay (croisement D117 - D247)
Longueur :  7 km
Dénivelé : 587m  
Pourcentage moyen : 8,4 %
Temps de montée :   35’45  (le 30 Juillet 2018) – Coefficient : 365
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

Col de l’Arzelier (1154m)

 

Posé sur les flancs orientaux du massif du Vercors avec la Grande Moucherolle comme sentinelle, l’Arzelier convient aux débutants ou bien pour se refaire les jambes au printemps. 

COTE : 45
Isère (38) - Départ : le Gua (rond-point) D8b
Longueur :  12 km
Dénivelé : 795m  
Pourcentage moyen : 6,6 %
Temps de montée :   48’50  (le 26 Aout 2018) – Coefficient : 369
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

n°152 - Station d'Auris (1640m)

 

Même si l’Alpe d’Huez lui fait de l’ombre, la station d’hiver d’Auris a son identité propre. Elle fait face aux Deux Alpes et offre par conséquent un panorama extraordinaire sur le massif des Ecrins. Entreprendre son ascension c’est déjà s’enfiler les 2 premiers km de l’Alpe d’Huez. Ensuite, la route s’élève à flanc de montagne, une belle corniche qui creuse un trou béant à droite où se love le Bourg d’Oisans. On peut aussi bien partir du Freney d’Oisans, en contrebas du lac du Chambon. Si la grimpée est moins longue et moins spectaculaire, elle risque de mettre à mal des développements mal ajustés.

COTE : 48
Isère (38) - Départ : commun avec l’Alpe d’Huez (D211), à la Garde, à droite (D211a) puis à gauche au sommet de la route-corniche (vers le Cert) pour finir sur la D211g
Longueur :  14,7 km
Dénivelé : 920m  
Pourcentage moyen : 6,3 %
Temps de montée :   1h 07’25  (le 10 Juillet 2018) – Coefficient : 397
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

Col de Bacchus (980m)

 

Il ne restera pas dans les mémoires ce petit col permettant l’entrée dans le Vercors par le sud. Pourtant la vue est superbe, jamais masquée par de hautes falaises ni d’épaisses forêts. Idéal terrain d’ entrainement. 

COTE : 27
Drome (26) - Départ : Ruisseau, 1,5 km après Beaufort sur Gervanne - D70
Longueur :  11,3 km
Dénivelé : 605m  
Pourcentage moyen : 5,4 %
Temps de montée :   43’10  (le 8 Octobre 2018) – Coefficient : 428
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

Col du Béal  (1390m)

 

Ambiance forestière dans ces monts du Forez qui offrent quiétude et douceur au cœur de l’été mais peuvent être redoutables en plein hiver. 

COTE : 25
Puy de Dôme (63) - Départ : Ruisseau avant St Pierre la Bourlhonne, croisement D255 - D66), puis D40 à St Pierre
Longueur :  8,4 km
Dénivelé : 503m  
Pourcentage moyen : 6 %
Temps de montée :   38’10  (le 12 Septembre  2018) – Coefficient : 455
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

n°180 - Col de Bleyne (1439m)

 

Parfois orthographié Bleine, ce qui fait penser à un gros cétacé, alors que cette grimpée est tout en délicatesse. Depuis le charmant village de Sigale (ça ne s’invente pas), on remonte la… Gironde. C’est le nom du ruisseau. Mais c’est son affluent, l’Esteron que l’on traverse peu après Aiglun à la faveur d’une courte descente qui vaut le détour. Toutes les beautés de l’arrière pays pour un long périple (26km!). 

COTE : 35
Alpes Maritimes (06) - Départ : Pont du Riolan (après Sigale) D10, puis D5 à gauche
Longueur :  26 km
Dénivelé : 1046m   (plus 100m)
Pourcentage moyen : 4 %
Temps de montée :   1h 42’50  (le 15 Juillet 2018) – Coefficient : 539
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

n°153 - Col d’Illoire (Corniche Sublime)

 

 En réalité le col d’Illoire se situe un peu en contrebas de la montée totale pour accéder sur le plateau qui borde les célèbres gorges du Verdon au sud. C’est une montée agréable dans un cadre enchanteur. Le circuit n°30 proposera le tour des gorges, autant dire qu’on en prendra plein les yeux. 

COTE : 35
Var (83) - Départ : Croisement D957 - D19, en bord du lac de Sainte Croix
Longueur :  11,9 km
Dénivelé : 707m  
Pourcentage moyen : 5,9 %
Temps de montée :   49’50  (le 16 Juillet  2018) – Coefficient : 423
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France :  inédit

 

Grimpée des Goutteridos (980m)

 

Pour l’anecdote, sans plus. Je sais qu’il existe de nombreux murs de ce genre un peu partout en France. Mais Gérardmer ce n’est pas un peu partout, c’est quasiment chez moi. Un peu de chauvinisme, que diable!  

COTE : 28
Vosges (88) - Départ : Gérardmer, rue Antoine Gley puis rue des Goutteridos (à gauche au niveau du pont) - Finish : croisement route des 17km
Longueur :  2,6 km
Dénivelé : 295m  
Pourcentage moyen : 11,3 %
Temps de montée :   17’40  (le 22 Avril  2018) – Coefficient : 359
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

Col de Chansert (1236m)

 

Petit col niché dans les monts du Forez, tapissé de forêts et où l’on n’y rencontre pas âme qui vive. Bref, encore plus sauvage que son acolyte, le Béal.  

COTE : 31
Puy de Dôme (63) - Départ : sortie du village de Job, croisement D66 -+ D255
Longueur :  8,8 km
Dénivelé : 569m  
Pourcentage moyen : 6,5 %
Temps de montée :   51’  (le 12 Septembre  2018) – Coefficient : 538
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

Actualisation 2018 : Complètement vidé et victime d’une crevaison d’un pneu neuf en plus, je me suis trainé comme un bagnard sur des pentes à peine relevé et ne pouvant profiter d’une ambiance calme et reposante.

 

Grimpée du rocher de Chantemerle (58)

 

Ou encore la Montagne de Mussan, soit l’extrémité occidentale du Vercors. Cette ascension se décompose en deux parties égales quant à la distance, mais n’ont rien à voir en ce qui concerne le pourcentage (qui dépasse 10 pour la deuxième portion) et l’état de la route. On évolue sur une route forestière qui serpente dans le maquis, à peine troué d’un replat et quelques prés au lieu-dit Trapand. 

COTE : 58
Drome (26) - Départ : Oriol en Royans (église) D70 puis route forestière à droite
Longueur :  12,4 km
Dénivelé : 932m  
Pourcentage moyen : 7,5 %
Temps de montée :  1h 02’30  (le 8 Ocotbre  2018) – Coefficient : 402
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit - et surement pas prêt d’y aller!

 

Stade de neige du Goulier  (1472m)

 

Une montée en station pour ceux qui aiment les lacets et des pentes soutenues. Le panorama se déploie une fois passé le village d’Olbier (à visiter).  

COTE : 50
Ariège (09) - Départ : Vicdessos (sortie), croisement D8 - D208
Longueur :  9,5 km
Dénivelé : 758m  
Pourcentage moyen : 8 %
Temps de montée :   47’40  (le 4 Aout  2018) – Coefficient : 377
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

n°194 - le Pré de Madame Carles  (1874m)

 

Une grimpée facile, hormis la succession de virages dans le final. Mais quelle ambiance, les amis! On flirte avec les 2000m à l’arrivée, grand replat des rives du torrent de Saint Pierre. Et des sommets partout autour : la Barre des Ecrins, le Mont Pelvoux. On est bien dans les Ecrins. A éviter les mois d’été cependant, car vous ne serez pas tout seul! 

COTE : 32
Hautes Alpes (05) - Départ : Vallouise (église) / Pont-tunnel le Claux - D994t puis D204t
Longueur :  13,2  km / 9,2 km
Dénivelé : 714m   / 583m
Pourcentage moyen : 5,4 % / 6,3 %
Temps de montée :   55’40 / 43’ (le 31 Aout  2018) – Coefficient : 468 / 443
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 


Château  de Peyrepertuse (696m)

 

Reliques cathares en plein Corbières et âpreté d’une pente exigeante. Si la chaleur s’en mêle, ça devient problématique. Ne pas oublier de s’arrêter à Cicognani (à un jet de pierre) pour déguster biscuits et pains.  

COTE : 27
Aude (11) - Départ : Duilhac, croisement D14 (route du château)
Longueur :  4,1 km
Dénivelé : 366m  
Pourcentage moyen : 8,9 %
Temps de montée :   23’  (le 7 Aout  2018) – Coefficient : 377
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

n°140 - Col de Pontis (1301m)

 

Plus connu sous le sobriquet des Demoiselles Coiffés, ces constructions naturelles de pierres disposées comme un chapeau sur un stalagmite qui ornent toute la vallée de la Durance. Son versant nord ne vaut pas tripette, à part la vue sur le Lac de Serre-Ponçon (mais on l’a dans le dos). En revanche, la petite route tourmentée qui s’élève de l’Ubaye  envoie du lourd comme on dit. La pente moyenne avoisine les 10% et le soleil tape fort. Pour costauds. 

COTE : 40
Hautes Alpes (05) - Départ : Croisement D954 - D7 (Ubaye)
Longueur :  5,2 km
Dénivelé :  501m
Pourcentage moyen : 9,6 %
Temps de montée :   29’40 (le 29 Aout  2018) – Coefficient : 355
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit (en 2017, Thomas de Gendt est passé en tête mais le parcours empruntait la D954)

 


Col de Solpérière  (1010m)

 

Petit col des Cévennes permettant de s’élever plus rapidement sur la Corniche depuis le lit du Tarnon. S’en suit une jolie pente mais pas insurmontable, à moins qu’une forte chaleur…  

COTE : 26
Lozère (48) - Départ : Racoules (pont) D49
Longueur :  4,9 km
Dénivelé : 391m
Pourcentage moyen :  8 %
Temps de montée :   25‘20  (le  2 Octobre   2018) – Coefficient : 389
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

Station de la Ruchère  (1159)

 

Court mais ardu. Au départ de la corniche donnant sur les gorges du Guiers, la route s’élève sans répit jusqu’au foyer de ski de fond. Déjà une belle aventure, mais il est possible d’ajouter 2km et demi supplémentaires pour moins de 100m de dénivelé, c’est dire qu’on pourra mieux tourner les jambes, mais la route devient cahoteuse. On ne peut pas tout avoir.  

COTE : 44
Isère (38) - Départ : Croisement D520c - D102a
Longueur :  5 km
Dénivelé : 515m
Pourcentage moyen : 10,3 %
Temps de montée :   27’20 (le 24 Juin 2018) – Coefficient : 318
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

Col de la Colmiane - Saint Martin (1503)

 

Passage obligé reliant la vallée de la Tinée (saignée par la trop empruntée route longeant ses rives) et la Vésubie non moins courtisée par les voitures. C’est un col honnête, dépassant les 1000m de dénivelé et offrant un joli spectacle et de quoi s’amuser.  

COTE : 53
Alpes Maritimes (06) - Départ : Croisement M2205 - 2565 (torrent la Tinée)
Longueur :  16,4  km
Dénivelé : 1023m
Pourcentage moyen : 6,2 %
Temps de montée :   1h 08‘50 (le 14 juillet  2018) – Coefficient : 404
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  2 - Pedro Torres (1973) - Van Impe (1975)

 

Col du Clergeon (979m)

 

Faisant face au Grand Colombier et offrant par ailleurs une vue plongeante sur le lac du Bourget, le Clergeon demeure un petit col bien sympathique. Son versant sud (depuis Ruffieux) propose une alternance de petits bois et de prés bucoliques et une pente soutenue bien qu’on ne le sente pas trop. Depuis Moye (ou Rumilly), c’est davantage boisé après s’être élevé parmi les fermes de l’Albanais. Les trois derniers kilomètres sont quasiment plats. 

Depuis Ruffieux :
COTE : 51
Savoie (73) - Départ : Ruffieux, rond-point D991 - D56 (Viuz) puis D55
Longueur :  8,7  km
Dénivelé : 729m
Pourcentage moyen : 8,4 %
Temps de montée :   43’35 (le 22 Juin  2018) – Coefficient : 359
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

Depuis Moye :
COTE : 32
Haute Savoie (74) - Départ : croisement Pont de Bauriant (D317 - D31) puis D231
Longueur :  13,7  km
Dénivelé :  654m
Pourcentage moyen : 4,8 %
Temps de montée :   1h 03’25 (le 20 Juin  2018) – Coefficient : 582
Nombre d’ascensions :  1

 

Col de Couraduque (1367m)

 

C’est un col de poche situé à deux pas du Soulor et permettant de rejoindre la vallée de l’Ouzom. Enfin, il me semblait être passé par là en 2001. Cette année, au sommet du col symbolisé par une station de ski de fond, il ne se présentait que des chemins forestiers. Que c’est-il donc passé? Un juste retour à la nature? Avais-je rêvé?  

COTE : 33
Hautes Pyrénées (65) - Départ : Aucun (croisement D918 - D928)
Longueur :  6,4  km
Dénivelé : 506m
Pourcentage moyen : 7,9 %
Temps de montée :   30’45 (le 1er Aoutt  2018) – Coefficient : 365
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France :  inédit

 

Col de Vence (963m)

 

Pourtant réputé, je fus fortement déçu. Sportivement, y’a pas de quoi fouetter un chat, même de gouttière.  Le panorama, y’en n’a pas! L’ambiance? Pfui, quelques virages sympathique tout au plus. Ce n’est que plus loin dans ce circuit (n°37) que la beauté de l’arrière pays saute aux yeux. 

COTE : 35
Alpes Maritimes (06) - Départ : Vence (centre, croisement M2210 - M2)
Longueur :  9,7  km
Dénivelé :  638m
Pourcentage moyen : 6,6 %
Temps de montée :   43’55 (le 15 juillet  2018) – Coefficient : 413
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit (pourtant il me semblait que...)

 

n°187 - Col de la Charmette  (1261m)

 

 En plein massif de la Chartreuse, voilà un col rustique pour ne pas dire viril. Son versant nord est d’ailleurs officiellement interdit à toute circulation. Qu’on se le dise! Il ne vous sera donc, toujours officiellement, pas possible d’aller au-delà de la Chartreuse de Curière, offrant déjà un joli terrain de jeu : 10% de moyenne et pas de répit. Donc, encore officiellement, je ne vous engage pas à partir à l’aventure à flanc de falaise, sur une route abandonnée à son triste sort : cailloux en pagaille, nids de poule, deux tunnels bien évidemment pas éclairés (dont un permettant de traverser les « Rochers de la Petite Vache et des Agneaux » - ça ne s’invente pas!). 
Cela dit, le versant sud n’est pas mal non plus depuis Pomarey, voire de St Egrève, banlieue de Grenoble). Une longue ligne droite, bien droite et bien pentue.

COTE : 58
Isère  (38) - Départ : sortie St Laurent du Pont, croisement D520b - route forestière 
Longueur :  10,1  km
Dénivelé :  836 m
Pourcentage moyen : 8,3 %
Temps de montée :   59‘20 (le 23 juin  2018) – Coefficient : 426
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit  (et impossible)

 

le Morond  (1419m)

 

Une jolie petite station jurassienne. Et comme son presque homonyme situé à un jet de pierre, une rampe, un mur,  une paroi. Ce n’est pas long, non. Juste asphyxiant. 

COTE : 32
Doubs (25) - Départ : Métabief, centre église, croisement D385
Longueur :  5,4  km
Dénivelé :  455 m
Pourcentage moyen : 8,4 %
Temps de montée :   28’40 (le 13 Octobre  2018) – Coefficient : 378
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit 

 


Col de Notre Dame des Abeilles (995m)

 

Route large, en très bon état qui donne l’impression d’un simple faux-plat.  Le seul intérêt est la vue sur le Ventoux qui nous accompagne tout le long de la grimpée, on a même l’impression, un moment, que cette route bien large va nous mener en un rien de temps tout au sommet.

COTE : 36
Vaucluse (34) - Départ : Villes sur Auzon (croisement D942) - D1
Longueur :  11 km
Dénivelé :  694 m
Pourcentage moyen : 6,3 %
Temps de montée :   48’10  (le 5 Octobre  2018) – Coefficient : 416
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  2 ascensions - 2000 (Nico Mattan) - 2009 (Garaté)

 


Col de Finiels  (1541m)

 

 Traversant le Mont Lozère, Finiels est une lande de broussailles, genêts en tête (prière de venir ici au printemps pour pouvoir se baigner dans le jaune). Mine de rien, on est à 1500m tout de même, une petite laine ne sera pas de trop, d’autant que la pente n’obligera pas à des débordements de sudation excessive. 

COTE : 30
Lozère (48) - Départ : Pont de Montvert (croisement D998 - D20)
Longueur :  11,9  km
Dénivelé :  654 m
Pourcentage moyen : 5,5 %
Temps de montée :   48’ (le 25 Mai  2018) – Coefficient : 440
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit 

 

Grimpée de Réallon  (1550m)

 

Jolie station de sports d’hivers surplombant Serre-Ponçon et la fabuleuse vallée de la Durance qui s’étire comme un chat paresseux. La route est impeccable, les virages sont beaux, le pourcentage correct. Que demander de plus?

COTE : 45
Hautes Alpes (05) - Départ : Pont de Savines (lac de Serre-Ponçon), rond-point « la Centrale » - D41 puis D609
Longueur :  10,8  km
Dénivelé :  764 m
Pourcentage moyen : 7,1 %
Temps de montée :   49’ (le 29 Aout  2018) – Coefficient : 385
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  1 ascension - Rodriguez (2013)

 

Col de Pierre Plate (1025m)

 

 Il s’agit juste d’une grimpée sur le plateau de Méjan, ceinturé par les gorges du Tarn au nord et celles de la Jonte au sud et clôturant mon circuit n°33 de la plus belle des manières. 

COTE : 31
Lozère (48) - Départ : Florac (centre) - D16 - Finish : croisement route menant au pylône.
Longueur :  6 km
Dénivelé :  476 m
Pourcentage moyen : 7,9  %
Temps de montée :   30’ (le  24 Mai  2018) – Coefficient : 378
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit 

 

n°175 - Madone de Fenestre (1903m)

 

Un des coins les plus sublimes de France pour la randonnée, du coup les paysages resplendissent aussi sur les routes pentues, accessibles en vélo. Seulement ici, point de panorama enchanteur puisqu’il s’agit de remonter un vallon (de Fenestre) jusqu’au cul-de-sac symbolisé par ce sanctuaire qui se double d’une ferme. C’est, en outre, le point final du copieux circuit n°13 (pouvant être scindé en deux).

COTE : 59
Alpes Maritimes (06) - Départ : St Martin de Vésubie, croisement  M94 - M2565 (raccourci possible par la maison de retraite)
Longueur :  12,3  km
Dénivelé :  930 m (plus 20m)
Pourcentage moyen : 7,6 %
Temps de montée :   1h 01’10 (le 14 Juillet  2018) – Coefficient : 397
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

Grimpée de Merlet  (1490m)

 

Pendant toute l’ascension suffisamment sérieuse pour afficher une pente à deux chiffres tout de même, on aura l’occasion d’entrapercevoir au travers des cimes des sapins les deux glaciers (Bossons & Taconnaz) qui déferlent depuis le Mont Blanc. Oui! La route menant au parc animalier de Merlet fait face au sommet de l’Europe. Rien que pour ça…

COTE : 44
Haute Savoie (74) - Départ : Les Houches - Pont route de Coupeau
Longueur :  5  km
Dénivelé :  512 m
Pourcentage moyen : 10,2 %
Temps de montée :   29’ (le 18 Juin  2018) – Coefficient : 340
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

Col de la Charme (1105m)

 

Col accessoire mais qui a la particularité de se trouver dans un massif totalement ignoré des grimpeurs de tout poil. Les Monts de la Madeleine - je ne parle pas d’un des plus durs cols de France en Savoie, mais de ces collines à l’aspect Vosgien qui s’étendent entre Vichy au nord et bordée par l’autoroute A89 au sud. Ce n’est pas tout à fait le Forez, encore moins l’Auvergne et pas vraiment la plaine berrichonne. Il fallait remédier à cet ostracisme. C’est fait en un peu plus de 4km à 7%.

COTE : 21
Puy de Dôme (63) - Départ : Arconsat (centre)
Longueur :  4,3  km
Dénivelé :  327 m
Pourcentage moyen : 7,6 %
Temps de montée :   20’10  (le 11 Septembre  2018) – Coefficient : 379
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France : inédit

 

Côte des Vignes (940m)

 

Il s’agit de s’extirper de ces fabuleuses gorges du Tarn qui sont le personnage central du circuit n°33. On a droit à une belle grimpée avoisinant les 8% et offrant comme il se doit une vue plongeante assez formidable sur ce qu’un cours d’eau peut sculpter dans du tendre calcaire. 

COTE : 29
Lozère (48) - Départ : Croisement D907bis (gorges du Tarn) - D995 puis D46 à droite
Longueur :  7,8  km
Dénivelé :  522 m
Pourcentage moyen : 6,7 %
Temps de montée :   33’30 (le 24 Mai 2018) – Coefficient : 385
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit 

 

Station de Puy St Vincent (1780m)

 

Une station de sports d’hiver située à deux pas de Briançon et déjà dans le massif des écrins, mais aux alentours moins spectaculaires que vus depuis le Pré de Madame Carles (voir plus haut). On peut inclure cette belle montée dans le circuit n°18 si on a la sagesse de le découper en deux parties.

COTE : 38
Hautes Alpes (05) - Départ : Rond-point D994 - D4 (les Vigneaux) puis D804 à gauche - il est possible de partir de Vallouise, ça enlève 2 km et une partie plate (compter 1% supplémentaire)
Longueur :  10,7  km
Dénivelé :  699 m
Pourcentage moyen : 6,5 %
Temps de montée :   48’40  (le 31 Aout 2018) – Coefficient : 418
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

Col des Pradeaux (1196m)

 

J’en avais déjà entendu parler, le Tour de France l’a franchi 5 fois, il fait partie de la cyclosportive des Copains (qui quadrille bien les Monts du Forez, idéale pour découvrir le coin). Du coup, j’ai été un brin déçu. Route bien large et impeccable mais pas de pente et nul panorama. Le reste du circuit n°35 offre de meilleures sensations.

COTE : 29
Puy de Dôme (63) - Départ : Ambert, panneau sortie d’agglomération - D996
Longueur :  11,4  km
Dénivelé :  634 m
Pourcentage moyen : 5,6 %
Temps de montée :   46’45 (le 12 Septembre 2018) – Coefficient : 442
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  5 - 1959 (Valentin Huot) 2005 (Oscar Pereiro)

 

Col du Collet Barris (1320m)

 

Même si ce n’est pas long, c’est du sérieux! Et le spectacle! Il est même encore plus impressionnant dans l’autre sens. En fait, la D23 fait une boucle au dessus du grand canyon du Verdon pour revenir à la Palud. Le circuit n° 30 permet en outre de tourner autour de ce site légendaire. 

COTE : 29
Alpes de Haute Provence (04) - Départ : La Palud sur Verdon, au niveau du ruisseau du ravin des Conhets - D23
Longueur :  6,3  km
Dénivelé :  466 m
Pourcentage moyen : 7,4 %
Temps de montée :   pas pensé à noter étant donné que je pensais avoir à faire à une simple petite côte (16 juillet 2018)
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France : inédit 

 

n°199 - Col du Portet d’Aspet  (1069m)

 

Il est minuscule ce col, à la limite ridicule si on se contente des donnés lues d’un regard vague sur une feuille de route. Bon, le versant Saint Lary, je l’accorde volontiers, ne vaut pas tripette : moins de 6km et une pente régulière. En revanche, il suffit d’aller voir de l’autre côté, là où la route serpente (pas de véritable lacet pour couper la pente) au milieu de bois, une trouée dans des arbres qui tendent leurs branches pour vous retenir par la selle. Quatre longs kilomètres, surement les plus longs de toutes les Pyrénées. On frise les 10% mais compte tenu quelques rares replats, il faudra en ajouter régulièrement une poignée supplémentaire. Et puis on ne parle que de la montée, là. La descente est cauchemardesque. En témoigne cette stèle en souvenir de Fabio Casartelli, qui ne verra jamais la ligne d’arrivée en 1995 ou cette image de Raymond Poulidor, le visage pissant le sang en 1973. Cette année encore (2018), Philippe Gilbert s’y est fait une belle frayeur, sanctionnée par un genou en compote alors qu’à deux virages près, il partait dans un ravin de 20m.

Depuis le Pont de l’Oule :
COTE : 36
Haute Garonne (31) - Départ : Pont de l’Oule - D618
Longueur :  4,4  km
Dénivelé :  435 m
Pourcentage moyen : 9,9 %
Temps de montée :   26’ (2 aout 2018 & 18 juin 2014) - coefficient : 359
Nombre d’ascensions :  3
Tour de France : 33 ascensions - Albert Bourlon 1947 - P. Gilbert (2018)

Depuis Saint Lary :
COTE : 22
Haute Garonne (31) - Départ : Saint Lary (église)  - D618
Longueur :  5,7  km
Dénivelé :  385 m
Pourcentage moyen : 6,8 %
Temps de montée :   27’10  (2 aout 2018) - coefficient : 423
Nombre d’ascensions :  2

Actualisation 2018 : Je me suis amusé, entre deux balades, à faire les deux versants dans la foulée. Et je maintiens à la seconde près mon temps d’il y a 4 ans!

 

Col du Sapenay  (898m)

 

Un peu plus copieux que son voisin le Clergeon, le Sapenay serpente entre prés et petits bois à champignons. Idéal pour l’entrainement et disponible quasiment toute l’année.  

COTE : 39
Savoie (73) - Départ : Chindrieux, croisement D991 - D54 (stèle Vars)
Longueur :  8,2  km
Dénivelé :  622 m
Pourcentage moyen : 7,6 %
Temps de montée :   35’50 (le 22 Juin 2018) – Coefficient : 375
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit 

 

Côte de Lançon  (1117m)

 

Véritable découverte en 2018. Pour le circuit n°14, j’avais prévu d’éviter la grande route d’Arreau jusqu’au pied de Peyresourde en passant pas les chemins buissonniers et je pensais vraiment à une petite côte de rien du tout. Mais c’est une véritable rampe en forêt pour aboutir au charmant petit village qui lui donne son nom. A noter qu’il est également possible de remonter le val d’Aure de la même manière et aboutir à Saint Lary Soulan sans avoir croisé beaucoup de voitures. 

COTE : 28
Hautes Pyrénées (65) - Départ : Arreau, croisement D19 - 219
Longueur :  4,9  km
Dénivelé :  404 m
Pourcentage moyen : 8,2 %
Temps de montée : pas mesuré, pensant avoir à faire à un « dos d’âne »  (le 23 Juillet 2018) – Coefficient : 
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

 Côte de Laffrey - St Jean de Vaulx (1218m)

 

Elle est bien connue cette côte de tous les chauffeurs de poids-lourds ou autres cars d’excursion. Située sur la Route Napoléon à la sortie de Grenoble menant, après moult contorsions, à Gap par le col Bayard. Mais cette rampe rectiligne longue de 7km n’est vraiment pas faite pour les vélos. Peut-être à la descente, et encore. Donc, j’ai préféré démarrer de Séchilienne, plus connu pour être le point de départ de deux monstres : Luitel et le col de la Morte. Alors, ça commence doucement, en suivant la courbe de la colline pour parvenir à Laffrey. Il se trouve qu’au feu rouge, la route poursuit son ascension à droite. Qu’à cela ne tienne, me voilà en danseuse sur la D113. On atteint assez vite un joli replat qui permet de découvrir le village de St Jean de Vaulx un peu à droite. Et pourquoi pas aller visiter un peu? Devant l’église, ça semble encore s’élever au milieu des prés. Qu’à cela ne tienne! Et me voilà, relançant l’allure. Mais, même les meilleures choses ont une fin et, ici, ce sera le hameau des Arnauds, terme de cette montée à étages.

COTE : 46
Isère (38) - Départ : Séchilienne, au bout de la ligne droite D113 (pont de la Romanche) puis en face au premier lacet après St Barthélemy. On entre dans Laffrey à gauche puis au feu à droite (toujours la D113) et encore à droite après quelques hectomètres de replat et finalement toujours à droite devant l’église de St Jean. (apparemment, on peut escamoter le replat en virant à droite  dès le sommet  pour traverser les Pras et retrouver, quelques prés plus haut, l’itinéraire menant aux Arnauds
Longueur :  13,2  km
Dénivelé :  850 m
Pourcentage moyen : 6,4 %
Temps de montée :   59’50 (le 26 Aout 2018) pour 14km, me suis planté de route pour aller à St Jean de Vaulx  – Coefficient : 422
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  8 ascensions - Bartali (1951) Mario Aerts (2010)

 

Côte de Lercoul - antenne (1295m)

 

Ca commence normalement, par un petit village Ariègeois typique (Siguer) et on enchaine tout de suite plusieurs lacets pour longer Lercoul, hameau perché tel un funambule. Au lacet suivant, la route devient chemin si on entend poursuivre tout droit en direction du col de Grail, destination obligée des vététistes comme l’anglais qui m’a accompagné  ce matin-là. Mais, le goudron continue à droite. Le goudron, enfin, ce qu’il reste d’un bitumage d’antan, parsemé de nids de poule, constellé de gravillons de toutes dimensions, bordé d’herbes hautes qui font des génuflexions jusqu’au centre d’une route où ne se croiserait pas deux ânes. Et on débouche nulle part, devant une antenne relais. Fin du supplice. Reste le plus dur : tenter une descente dans ce maelström infernal!

COTE : 37
Ariège  (09) - Départ : Siguer (pont cimetière) D24
Longueur :  7  km
Dénivelé :  556 m
Pourcentage moyen : 7,9 %
Temps de montée :   36’30 (le 5 Aout 2018) – Coefficient : 394
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit 

 


Col de Montmirat (1042m)

 

Descendu en voiture l’an passé, je m’étais juré d’y revenir dans l’autre sens et en vélo. Déçu. D’accord, de beaux virages épousant les flancs de la montagne, mais pas suffisamment de pente pour mes valeureux mollets qui en ont vu d’autres à présent. Et la suite, D35 à droite au col, ne parvient pas à relever le niveau. Une longue ligne droite en montagnes russes.  

COTE : 23
Lozère (48) - Départ : Croisement D907bis - D331 puis N106
Longueur :  10,1  km
Dénivelé :  524 m
Pourcentage moyen : 5,2 %
Temps de montée :   36’10 (le 24 Mai 2018) – Coefficient : 414
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit 

 

Col du Montgenèvre (1850m)

 

Attention! grande artère parcourue par une horde de voitures! Si on y réfléchit bien, c’est le seul col transalpin (France/Italie) qui affiche moins de 2000m. A faire une fois, pour voir. Quelques beaux lacets et un final original, la route principale étant réservée aux véhicules pétaradants. Débuter l’ascension depuis le pont suivant le croisement de la D201 n’augmente qu’à peine la pente même si elle gomme de longs faux-plats.  

COTE : 27
Hautes Alpes (05) - Départ : Briançon, rond-point de l’Europe - N94
Longueur :  12,4  km
Dénivelé :  637 m
Pourcentage moyen : 5,1 %
Temps de montée :   53’10 (le 31 Aout 2018) – Coefficient : 501
Nombre d’ascensions :  1
Tour de France :  inédit

 

 Station de Morillon  (1073m)

 

 Rattachée au domaine skiable du Grand Massif au même titre que Flaine ou Samoëns 1600 (grimpées présentes sur ce site), Morillon ne présente pas le même profil. Juste une courte côte sans grand intérêt, excepté d’approfondir la vue sur cette vallée verte (en opposition à la blanche Chamoniarde)  de toute beauté.

COTE : 25
Haute Savoie (74) - Départ : Morillon village, croisement D4 -  D54  - Finish : résidence le Grand Morillon
Longueur :  5  km
Dénivelé :  387 m
Pourcentage moyen : 7,7 %
Temps de montée :   22’30 (le 14 Juin 2018) – Coefficient : 349
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France :  inédit 


Actualisation 2018 : Pour ma seconde grimpée, incluse dans le circuit n°3, j’améliore mon temps précédent (2006!). 

 

Côte de Droisy (677m)

 

On peut parler de montée du Mont des Princes, situé à deux pas et accessible uniquement en Vtt. Anecdotique dans le circuit n°16 qui propose d’autres figures (Mont du Chat, Grand Colombier), cependant il faut de tout pour faire un monde. Et puis 7% ce n’est pas rien tout de même. Pour ajouter du piment, je conseille de poursuivre dans la descente opposée (à droite à Droisy) et d’entreprendre les gorges du Val de Fier (encore à droite au bas de la pente).  

COTE : 24
Haute Savoie  (74) - Départ : Seyssel, croisement D991 - D57
Longueur :  6  km
Dénivelé :  420 m
Pourcentage moyen : 7 %
Temps de montée :   31’15 (le 20 Juin 2018) – Coefficient : 446
Nombre d’ascensions :  3
Tour de France :  inédit 

 

Col du Cucheron  (1139m)

 

Il dépasse juste la mesure comme dirait un pêcheur à la mouche. Mais il est incontournable lorsqu’on parcourt le massif de la Chartreuse, reliant les deux St Pierre (Chartreuse et Entremont). Son versant nord est un poil plus long, mais je l’ai toujours descendu. L’année prochaine peut-être. 

COTE : 22
Isère (38) - Départ : St Pierre de Chartreuse, lieu-dit la Diat, Croisement D520b - D512 
Longueur :  4,5  km
Dénivelé :  345 m
Pourcentage moyen : 7,7 %
Temps de montée :  pas noté  (le 23 Juin 2018) – Coefficient :
Nombre d’ascensions :  3
Tour de France :  inédit 

 

Piau Engaly  (1878m)

 

Nichée au fond de la vallée d’Aure, cette station de ski a des airs de Luz Ardiden avec ses ultimes lacets qui lui donne un cachet et une vue superbe sur un cirque de pics qu’elle partage avec  Troumousse, juste de l’autre côté, sud-ouest. L’ascension réelle débute à Fabian, là où démarre la route qui dessert les lacs d’Orédon et Cap de Long, mais un autre départ peut être envisagé au croisement d’où part la route menant au tunnel pour l’Espagne.  

COTE : 43 / 35
Hautes Pyrénées (65) - Départ : Fabian - D118 ou croisement D173 - D118 (le Plan)
Longueur :  10,5  km / 7 km
Dénivelé :  736 m / 539m
Pourcentage moyen : 7,1 % / 7,7 %
Temps de montée :   52‘15 / 36‘15 (le 24 Juillet 2018) – Coefficient : 426 / 404
Nombre d’ascensions :  2
Tour de France :  1 ascension - Escartin (1999)

 

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire